Economie

Echec retentissant du projet de développement de CARACOL : Faute d'investisseurs privés, le gouvernement américain abandonne le projet du port de fort liberté

caracol

Le projet global de développement du grand Nord avec comme centre névralgique le parc industriel de Caracol vient de subir un échec dont les ondes de chocs auront des impacts incalculables sur quasiment tous les secteurs des activités et tous les projets de développement du pays tout entier.

Ce port avait pour mission d'être la porte de sortie et d'entrée pour la production générée par le parc industriel de Caracol et tous les autres pôles de développement et de production de la région. L'alternative de la réfection du port du cap haïtien en lieu et place de la construction du nouveau port de Fort Liberté va décourager tous les potentiels investisseurs.

Les investisseurs étrangers ne sont pas des Haïtiens qui acceptent tout, ou de bons samaritains leurs objectifs c'est le profit. Il serait inacceptable pour eux de ne pas respecter leurs délais de livraison a causes des embouteillages monstres en allant vers le port du cap haïtien ou des manifestations dues aux instabilités politiques. Ces investisseurs choisiront la république Dominicaine de l'autre coté de la frontière avec le port de Manzanilla qui est deja utilisé pour l'exportation de la production de Caracol.

Une fois de plus à cause d'un gouvernement de bandit légal et à l'ORAL de Martelly-Lamothe, le pays vient de rater une opportunité pour lancer un pole de développement autour de la deuxième ville du pays. Si rien n'est fait pour pallier à cette situation le site de Caracol risque de se transformer en une ville fantôme comme ce fut le cas pour la plantation Dauphin.

Tout Haiti vous invite à lire un compte rendu nouvelliste

Le gouvernement américain ne va plus construire le port de Fort Liberté

caracol-ouviriere-2

Après avoir tenté vainement d'attirer des investisseurs au parc de Caracol, le gouvernement américain a décidé de sursoir au projet de construction d'un deuxième port dans le nord du pays. A défaut d'un nouveau port à Fort-Liberté, celui du Cap-Haïtien pourait être aménagé. Il facilitera l'exportation des marchandises en provenance du parc industriel de Caracol. La construction du port de Fort-Liberté aurait coûté entre 185 et 257 millions de dollars. Le gouvernement américain s'était engagé à financer sa construction à hauteur de 70 millions $, selon le miami Herald.

Le volte-de-face des Etats-Unis s'explique par le fait que les investisseurs américains montrent très peu d'enthousiasme à placer leurs capitaux en Haïti. Ces réticences sont venues à la suite de rapports du bureau de comptabilité du gouvernement critiquant la gestion des fonds des contribuables par l'Agence américaine pour le développement en Haïti. En effet, plusieurs rapports parus en été 2013 font état d'une mauvaise gestion des fonds alloués aux multiples projets de l'USAID dans le nord d'Haïti.

«C'est une perte énorme pour Fort-Liberté », a déclaré le sénateur Jean- Baptiste Bien-aimé cité par le journal américain Miami Herald. D'après le sénateur, cette décision qui fait du tort à la population de Fort-Liberté va profiter à la République dominicaine. « Le parc de Caracol va expédier ses produits via les ports dominicains et la population de Fort-Liberté n'aura rien », a déploré le parlementaire.

«Les responsables de l'USAID reconnaissent qu'il est fort probable qu'aucune entreprise privée soit intéressée à l'exploitation du port et soit prête à couvrir les autres frais de construction, compte tenu des risques politiques d'exploitation en Haïti », selon Miami Herald qui cite le rapport d'une institution américaine.

Des sources crédibles indiquent que les opérateurs portuaires qui ont été approchés ont soulevé plusieurs préoccupations sur la nécessité de faire un tel investissement énorme en Haïti. Certains sont préoccupés quant à la viabilité d'un deuxième port dans une région où celui existant peut gérer jusqu'à 3 000 conteneurs par mois, mais ne gère en moyenne qu'environ 380. D'autres ont évoqué l'environnement réglementaire dysfonctionnel d'Haïti et les opérations portuaires.

Jusqu'à présent, il n'existe aucune estimation sur ce que vont coûter les travaux de rénovation du port du Cap-Haïtien. Des sources citées par le Miami Herald soutiennent que ce sera beaucoup moins que la construction d'un nouveau port. Pourtant, le choix de restaurer le port du Cap-Haïtien a été initialement rejeté en raison des préoccupations sur le coût du dragage ; construction d'un pont pour aider les conteneurs à contourner les embouteillages et la réalisation d'autres travaux.

Louis-Joseph Olivier
Source: Le Nouvelliste

A Lire Aussi: